Alain Tortosa

Les restaurants qui font à manger

icone

« Au lieu d’un logo "fait maison" on aurait aimé un logo "non fait maison" »

Alain Tortosa
Alain Tortosa, un particulier, a créé le site web http://www.restaurantsquifontamanger.fr/ pour recenser les restaurants qui cuisinent. Il a inspiré à Fernand Siré sa proposition de loi sur l’appellation « restaurant ».

D’où vient votre initiative ?
Il y a moins de deux ans, ma femme et moi avons souhaité réagir face au sentiment de tromperie que nous avions quand nous allions au restaurant. Nous sommes tous les deux des particuliers et n’avons aucun lien avec la restauration, c’est donc en tant que clients et consommateurs que nous avons lancé le site « restaurants qui font à manger ».

On pourrait s’attendre à ce que vous soyez favorable à la mention de fait maison donc ?
Non, nous sommes très déçus. Mais cette mention doit satisfaire les industriels en revanche ! Cette mention va finalement créer de la contrainte du coté de celui qui fait du fait maison, et non de celui qui fait de l’industriel. C’est-à-dire que c’est celui qui cuisine qui va devoir être vigilant à l’extrême sur les produits qui rentrent dans le fait maison. Au lieu d’un logo « fait maison » on aurait aimé un logo « non fait maison ». Par ailleurs, si la cuisine du restaurant peut être déportée : ce sera la porte ouverte à tous.

« Quand on défend le fait maison, on n’a pas de contrat avec l’agroalimentaire ou des marques industrielles, comme le font de nombreux chefs étoilés. C’est une aberration. »

Cette mention n’est-elle pas un bon compromis ?
On n’est pas des intégristes avec des exigences de produits qui soient et frais et locaux et bruts. Bien sûr, plus on s’oriente dans cette direction mieux c’est, mais on n’est pas des opposants au surgelé, par exemple. Notre site internet a inspiré la proposition de loi Siré, qui voulait réserver le mot restaurant à ceux qui font du fait maison. C’est pour nous une évidence, mais la proposition de loi n’a pas été retenue.

Le label maître-restaurateur ne répond-il pas à vos attentes ?
Ce label a évolué. Il y a un an ou deux, maître- restaurateur ne se présentait pas du tout comme étant une garantie du fait maison. Maintenant, c’est beaucoup plus sous cette facette qu’il est présenté. Mais c’est aussi un label élitiste. Et en même temps un label qui n’est pas suffisamment transparent en termes de garanties de fait maison. Enfin, il est très peu reconnu du public. Et puis, ce qui est ridicule : quand on défend le fait maison, on n’a pas de contrat avec l’agroalimentaire ou des marques industrielles, comme le font de nombreux chefs étoilés. C’est une aberration.